Chroniques d’un acheteur de livres du Caire – Nicky van de Beek

La première fois que je suis venu en Egypte, et à Zamalek, j’avais 12 ans. Cela m’a marqué durablement et m’a amené à étudier l’égyptologie. Mais la première fois que j’ai vraiment vu le pays, c’était quand j’étais un étudiant de 20 ans, en 2008. À cette époque, je faisais ma maîtrise en égyptologie à l’Université de Leiden, qui comprenait un séjour de recherche en Égypte connu officieusement sous le nom de ‘ Semestre du Caire ». Il s’agissait d’un programme de deux mois au cours duquel nous étions affiliés au NVIC (Institut néerlandais-flamand du Caire), écrivions des articles, visitions des musées et parcourions le pays de haut en bas pour voir diverses fouilles archéologiques.

Le programme a commencé par une conférence d’une semaine dans ce qui était alors le Nile Hilton, un hôtel chic sur la place Tahrir, à deux pas des salles débordantes du Musée égyptien. Pendant la pause déjeuner, nous avons mangé des sandwichs ta’ameya et fumé de la chicha dans des tubes en plastique privés. Nous avons séjourné au Sun Hotel, une excuse bon marché pour un hôtel avec des cafards peu intimidants et une bataille sans fin pour du papier toilette, dominant la place juste au coin de la rue. À l’époque, je n’avais aucune idée du milieu universitaire, même si j’avais terminé le programme de licence de 3 ans, et je pensais que le but d’une conférence était d’écouter chaque exposé. Pendant le week-end, nous avons pris un taxi pour Gizeh et même si j’avais déjà vu les pyramides, c’était la première fois que je remarquais aussi les ordures encombrant les anciennes tombes de mastaba, les murs graffités, les chevaux maltraités glissant sur la route goudronnée brûlante qui coupé à travers le plateau, et le détriment général qui s’ensuit dans le sillage du tourisme de masse (dont, je m’en rends compte, je fais partie).

Nous nous sommes retrouvés un appartement sur Zamalek, dans un immeuble délabré, avec un radiateur qui fuyait du gaz et deux machines à laver défectueuses. Il était situé juste à côté du 26e de July Street, à deux pas du NVIC et des nombreux restaurants que cette île huppée du Nil a à offrir (le mot ‘hipster’ n’a pas encore été inventé). C’est dans ces rues que mon amour pour une certaine librairie a commencé. Assis dans un manoir sur la rue principale, à côté de la Maison Thomas et en face d’Abou El Sid (deux excellents restaurants), se trouve une librairie appelée Diwan. En entrant, j’ai été immédiatement frappé par son beau design, sa propreté et ses étagères remplies de beaux livres. De la fiction contemporaine aux classiques, des livres sur l’égyptologie, les affaires et l’art islamique. Il y avait également de grandes sections de livres en anglais et en arabe, mais ils vendaient également de la papeterie et de la musique et il y avait un petit café. À ce stade de ma vie, je n’avais jamais connu de café dans une librairie, alors j’étais ravi. Le plus : la librairie était ouverte jusqu’à minuit. Ainsi, après une longue et chaude journée au Caire ou en traversant un site archéologique dans le désert, vous pouvez vous retirer dans une oasis de repos climatisé, parcourir des livres et acheter de gros biscuits aux pépites de chocolat. J’ai stocké tellement de livres que j’ai dû demander à d’autres étudiants de rapporter des livres pour moi dans leurs bagages, puis j’ai quand même rempli une caisse à roulettes de 16 kilos.

À l’époque, Paulo Coelho L’alchimiste connaissait son renouveau, et comme je lisais tout ce qui me tombait sous la main, j’ai aussi acheté un exemplaire de ce livre. Une partie du semestre du Caire était un voyage de trois jours sur les sites archéologiques de la région du Fayoum, et c’est au cours de ce voyage que j’ai lu le livre, me délectant de la coïncidence que le personnage principal de l’histoire ait traversé le Fayoum en même temps. comme j’étais.

Le point culminant de notre semestre au Caire a cependant été un voyage d’une semaine à travers la Moyenne Égypte, une partie du pays qui fait rarement partie de l’itinéraire touristique, vers des sites aussi merveilleux que Beni Hassan, Amarna et Meir. Je me souviens d’avoir fait une présentation dans la tombe de Khety, après avoir passé toute la journée dans une camionnette et grimpé l’escalier raide menant à la nécropole dans les collines, et la lumière dorée du soleil couchant sur le paysage alors que nous sortions des tombes. C’est dans des moments comme ceux-ci que les graines de la vie future sont plantées, et ce n’est pas un hasard si j’étudie maintenant ces tombes en relation avec leur paysage environnant pour ma thèse de doctorat.

À la lumière de ces recherches, je suis récemment retourné en Moyenne-Égypte. Il a fallu un printemps arabe, obtenir un diplôme, travailler, vouloir revenir dans le milieu universitaire, postuler pour un doctorat à l’étranger, COVID, ma mère mourant et moi décidant que la vie en valait la peine après tout, mais j’étais de retour sur le terrain, sur ma propre expédition privée. J’ai été rejoint par mon collègue et cher ami, qui m’a supporté lors de nombreux voyages en Égypte. En 3 semaines, après avoir escaladé (légalement) quelques pyramides dans le nord, nous avons pris le train de nuit pour Assouan. De là, nous avons traversé les différentes provinces (« nomes ») de l’ancienne Haute-Égypte jusqu’à la ville moderne de Minya, un tronçon de 650 km le long du Nil. Sur notre chemin, nous avons visité des endroits moins évidents tels que l’île de Sehel, avec ses majestueux rochers de granit, les carrières de grès de Gebel el-Silsila, la tombe d’Ankhtify à Mo’alla, le site de Kom el-Sultan et Shunet el-Zebib à Abydos, puis à Sohag, Asyut et Minya, visitant les nécropoles de Hawawish, Hamameya, Meir, Amarna, Beni Hassan et les tombes énigmatiques de Fraser en cours de route. J’en dirai probablement plus sur notre voyage épique dans les blogs à venir.

14 ans plus tard…

À ce stade, nous devenions un peu fatigués de la route et avons repris le train pour Le Caire, pour nous installer pendant quelques jours à Zamalek. Ici, tout et rien n’avait changé. Nous étions logés au New Star Zamalek Hotel, qui était étonnamment bon marché pour son emplacement privilégié (près de la nouvelle station de métro Safaa Hegazy de la ligne verte, vous amenant à la place Tahrir en 12 minutes). Nous avons mangé des pâtes chez O’s, travaillé au NVIC et regardé un match de coupe du monde de football à l’ambassade des Pays-Bas comme de vrais expatriés. Ce qui n’avait pas changé, ce sont les étals de livres du 26e de July Street (où l’on peut acheter des corans mais aussi celui d’Ali Hazelwood L’hypothèse de l’amour), la fille loucheuse du coin vendant des cacahuètes, Maison Thomas et le garçon albinos travaillant chez McDonald’s. Et ma chère librairie Diwan, où je suis tombée par hasard sur les mémoires de Nadia Wassef, Chroniques d’un libraire du Caire.

Nadia Wassef a fondé la librairie Diwan avec sa sœur Hind et leur ami Nihal. Le livre est un mémoire à cœur ouvert sur la conception, la réalisation et les luttes quotidiennes de la librairie, qui (je ne m’en suis jamais rendu compte avant de le lire, mais qui a tellement de sens) a été conçue pour être un espace sûr pour les femmes. Combattant la bureaucratie et la misogynie, ces femmes ont réussi à créer quelque chose d’unique dont je me souviens avec émotion comme l’une de mes bases à Zamalek il y a toutes ces années de formation. J’ai adoré lire sur cette femme jurante et sarcastique, qui a réussi à créer une entreprise, à perdre une entreprise, à réussir deux divorces et à mettre deux enfants au monde. Le livre traite également de ce qui est considéré comme la littérature classique (arabe/égyptienne et étrangère) et de l’histoire de l’édition moderne en Égypte.

Si Nadia Wassef a horreur des livres de développement personnel (et déteste Paulo Coelho), elle ne s’empêche pas de nous livrer quelques citations réjouissantes, comme celle-ci :

« La librairie, c’est comme le mariage et le football. Bien qu’une bonne quantité de compétences soit nécessaire, c’est plus une question de destin et de chance que nous ne voudrions l’admettre. (p.204)

Le Caire restera toujours la mère du monde pour moi. Umm al-Dunya, un cliché intemporel, mais en vieillissant j’apprends qu’il y a souvent du vrai dans de tels clichés. Les librairies du Caire ont guidé ma propre histoire de passage à l’âge adulte et nous enseignent que partout où nous allons, nous laissons toujours quelque chose de nous-mêmes derrière nous. Mais aussi que nous pouvons toujours revenir en arrière pour récupérer cette pièce et trouver quelque chose de plus dans le processus. Et ainsi la ville conserve nos souvenirs, d’un temps et d’un lieu, les gens qui étaient avec nous et l’amour que nous avons trouvé (et perdu). Les rues changeront mais les mots resteront. Maktub.

A lire sur le même objet:

Sites historiques et culturels majeurs protégés au niveau national (Xinjiang).,Cliquer ICI.

Organisme à découvrir COol .,A lire ici.

Organisme à découvrir ICOMOS.,Le texte de l’article.. Suite sur le prochain article.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
egyptologie.net Photo de la page Conditions de service

Politique de confidentialité:

Usage et transmission de vos données privatives:

Si vous réclamez une désactivation de votre password, votre adresse IP sera insérée dans l’e-mail de désactivation.

Les droits que vous avez sur vos informations:

Quand vous détenez un profil ou si vous avez laissé des textes sur le site, vous avez le droit de réclamer à décrocher un fichier comportant en bloc les informations privatives que nous possédons à votre sujet, introduisant celles que vous nous avez données. Vous avez le droit aussi de demander la radiation des informations personnelles à votre sujet. Cette procédure ne concerne pas les datas archivées à des fins de gestion, légales ou pour sécurité.

Communication de vos données privatives:

Tous textes des visiteurs pourront être étudiés en utilisant un service mécanisé de découverte des commentaires suspects.

En ce qui concerne les cookies:

Si vous déposez un texte sur le site, vous serez amenés à enregistrer votre nom, e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre facilité d'utilisation dans le but de ne pas avoir à redonner ces données dans l'éventualité où vous consignez un autre texte plus tard. Ces cookies disparaissent au bout d’un semestre.Lorsque vous visitez la page de connexion, un cookie éphémère va se produit pour fixer si votre programme de navigation accepte les cookies. Il ne comprend pas de datas privatives et sera annulé automatiquement à la fermeture votre logiciel de navigation.Si vous accédez, nous activons un certain nombre de cookies pour établir vos informations de l'enregistrement et vos préférences de navigation. La longévité de vie d’un cookie de connexion est de quelques jours, l'espérance de vie d’un cookie de navigation est d’un an. Au cas où vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera perpétué pour deux semaines. Quand vous fermez votre compte, le cookie de connexion sera oublié.En modifiant ou si vous publiez un article, un cookie additif sera conçu dans votre programme de navigation. Ce cookie n'est constitué d'aucune identification personnelle. Il avertit simplement l’ID du post que vous avez décidé de remplacer. Il disparaît au bout de quelques heures.

Les contenus:

Lorsque vous envoyez des images sur ce site, nous vous conseillons de vous abstenir de comprenant des identifiants EXIF de coordonnées GPS. Les internautes explorant le site savent enregistrer des données de détection à partir ces fichiers.

Contenu chargé à partir d’autres sites:

Les articles de ce site peuvent insérer des contenus emportés (comme des vidéos, fichiers, articles…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se compose de manière comparable que si le visiteur fréquentait ce site tiers.Ces sites web ont la possibilité de charger des données vous concernant, user des cookies, charger des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus intégrés si vous disposez d'un compte interfacé sur leur site internet.

Quelle durée de stockage de vos informations:

Si vous renvoyez un texte, le commentaire et ses données complémentaires sont archivés indéfiniment. Ce fonctionnement valide de confirmer et confirmer mécaniquement les textes suivants au lieu de les laisser dans la queue de modération.Au cas où les comptes qui surviennent sur le site (le cas échéant), nous sauvegardons également les données privées signifiées dans leur espace personnel. La totalité des espaces individuels ont la possibilité voir, modifier ou supprimer leurs informations privatives à tout moment. Les webmasters du site peuvent aussi agir sur ces données.

Laisser des textes sur notre site:

Si vous écrivez un commentaire sur ce site, les informations reproduites à l'intérieur du formulaire de texte, ainsi que l'adresse IP et l'identifiant utilisateur de votre terminal sont mémorisés dans le but de nous permettre de trouver des textes non autorisés.

Cela est règlementaire à la RGPD.



Save settings
Cookies settings